La douleur au genou à la course

course-douleur-genou

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP), aussi appelé genou du coureur, est parmi les conditions les plus souvent diagnostiquées représentant entre 25% et 40% des blessures aux genoux rencontrées dans les cliniques de médecine sportive. Presque n’importe qui peut en souffrir, mais cette douleur au genou est fréquemment rencontrée chez les coureurs, cyclistes et randonneurs. 40% des cyclistes professionnels en souffrent chaque année et les coureurs en sont encore plus victimes, le SFP étant la blessure la plus fréquente associée à la course.

En quoi consiste le genou du coureur?

Le SFP cause principalement de la douleur sur le devant du genou et autour de la rotule. Cette douleur peut être aggravée dans les situations suivantes:

  • Monter et/ou descendre un escalier
  • Se mettre à genoux ou s’accroupir
  • Garder le genou fléchi de manière prolongée (ex: au cinéma ou dans l’avion)
  • Faire des exercices impliquant une flexion du genou: squat, lunge, sauts, vélo et évidemment, la course à pied

Les cause de la douleur au genou à la course

Les causes précises de ce syndrome sont multifactorielles et encore mal comprises, mais voici les éléments à considérer:

  • Traumatisme: un impact direct sur la rotule, une fracture ou une dislocation de la rotule.
  • Mauvais alignement statique du membre inférieur et de la rotule : hallux valgus, pied plat, différence de longueur de jambe, débalancement musculaire.
  • Mauvais alignement dynamique du membre inférieur et de la rotule : pronation excessive des pieds, faiblesse musculaire des muscles de la hanche ou du quadriceps, adduction du genou lors de sauts ou squats (genou qui rentre vers l’intérieur), débalancement entre les différents chefs musculaires du quadriceps, etc.
  • Avoir eu une chirurgie au niveau du genou.
  • Surcharge/sur-utilisation: les sports de sauts et de course à pied induisent beaucoup de stress répétés au niveau de l’articulation du genou et peuvent causer de l’irritation sous la rotule. Des professions qui impliquent de se mettre à genou pendant de longues périodes de temps sont également exposées à ces stress répétitifs (couvreur, installateur de plancher, plombier, etc.)

douleur-genou-exercices

Toutefois, la majorité des cas semble avoir un point en commun: il y a tout simplement eu une surcharge de l’articulation du genou et des muscles associés. Un changement quelque part dans vos activités a fait que vous avez dépassé la capacité de votre genou à s’adapter aux stress mécaniques. En mots simples, vous en avez trop fait sans vous donner le temps de récupérer.  Ça peut être une modification de votre distance ou intensité de course en préparation pour votre course de 5km ou Ironman. Peu importe votre niveau, tout changement qui n’est pas assez graduel peut causer une surcharge.  Vous êtes peut-être simplement resté accroupi quelques minutes de trop en peinturant votre salle de bain du sous-sol que vous rénovez depuis 4 ans? Peut-être que c’est la nouvelle prof de cours en groupe au gym qui vous fait travailler plus fort ou différemment?

Qui est à risque?

Âge: Les adolescents et les jeunes adultes seraient plus à risque. Les douleurs au genou chez les personnes âgées sont plus souvent causées par de l’arthrose qu’un syndrome fémoro-patellaire. À vous de décider jusqu’à quel âge nous sommes jeunes…

Sexe: Les femmes seraient 2 fois plus à risque que les hommes, notamment car leur bassin est plus large ,donc l’angle avec lequel le tibia et le fémur se rencontre est plus grand (possible facteur contributif au genou du coureur). Désolée mesdames… Mais sachez que ça ne devrait pas vous arrêter de courir!

Sports: La participation à certains sports impliquant des sauts et de la course augmente le risque. N’oubliez par contre jamais l’élément essentiel de prévention de cette blessure : éviter la surcharge/sur-utilisation.

Comment régler ce problème?

Les recherches ont démontré que les traitements conservateurs comme la chiropratique sportive sont très efficaces dans le traitement à court et long terme du SFP. (Ça tombe bien, il y a un chiro spécialisé en course à pied chez LAUREA…) Environ 90% des patients qui en souffrent seront sans douleur en moins de 6 semaines de traitement. Il y a toutefois des cas qui sont plus longs à traiter ou qui nécessitent une référence médicale.

La phase initiale de traitement consiste à mettre l’articulation blessée au repos, mettre de la glace et éviter certains mouvements et activités qui pourraient compromettre la guérison. Votre chiropraticien pourra aussi mobiliser l’articulation du genou, relâcher les muscles et les autres structures en cause par la thérapie manuelle, appliquer un bandage compressif ou un taping spécifique et recommander des exercices d’assouplissement. Il saura aussi vous accompagner pour vous donner d’autres idées d’entrainement pour protéger temporairement votre genou – “cross training”.

Lorsque la phase aiguë est terminée, un programme d’exercices de réhabilitation spécifiques sera débuté afin de corriger les causes du SFP et empêcher les récidives. Celui-ci comprend entre-autre du renforcement des muscles nécessaires au bon alignement biomécanique du membre inférieur et une optimisation de la technique et/ou de la progression de course. Votre chiro vous accompagnera également dans votre retour graduel à l’activité physique, car la clé du succès est une progression adaptée et sécuritaire pour éviter la plupart des blessures.

En cas de doute, n’hésitez pas à communiquez avec nous pour qu’on réponde [au meilleur de nos connaissances] à vos questions!