La fracture des côtes au golf

golf

La saison de golf bat son plein! Peu de temps après la victoire de Brooks Koepka au US Open, les meilleurs joueurs de la planète s’affronteront à nouveau sur le mythique terrain du Royal Birkdale pour les honneurs du British Open.

Il est malheureusement fréquent de voir l’élite mondiale s’absenter en raison de blessures, même lors d’événement majeur. Saviez-vous d’ailleurs qu’il était même possible de souffrir d’une fracture à la pratique du golf? Le prochain billet s’attardera à une blessure peu connue mais bien réelle : la fracture de stress aux côtes.

Comment survient une fracture au golf

On associe souvent les fractures à un événement traumatique. Par contre, il est important de savoir qu’il est possible de souffrir de ce type de blessure sans traumatisme : on parlera alors d’une fracture de stress.

Le métabolisme des os fait en sorte qu’il y ait une continuelle réorganisation de sa structure. Ainsi, il se résorbe et se reconstruit sans cesse, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on récupère naturellement d’une fracture : l’os se refait de lui-même!

Ce phénomène nous met par contre à risque : dans un contexte où nous pratiquons le golf de manière intense (voire exagérée), il se peut que l’on dépasse la capacité de nos os à se régénérer et ainsi créer une fracture de stress. Et les structures les plus sujettes à souffrir de cette blessure sont les côtes! Le phénomène s’explique par une fatigabilité de la musculature de l’épaule qui tendrait à mettre plus de charge sur les côtes, les affaiblissant ainsi jusqu’à la fracture.

Les symptômes d’une fracture de stress aux côtes

Les patients souffrant d’une fracture de stress aux côtes associée au golf décriront généralement une douleur vague d’apparition graduelle se situant sur l’aspect postéro-latéral de la cage thoracique (lire ici : sous l’aisselle et le milieu du dos). Typiquement, la blessure se loge du côté du « lead arm », donc du côté gauche pour les droitiers et vice-versa. Cette douleur progresse normalement en intensité jusqu’à en empêcher le golfeur de jouer.

  • Douleur d’apparition graduelle, initialement vague, sous l’aisselle et vers le dos
  • Douleur exagérée par la respiration, la toux, les éternuements
  • Douleur lors de la poussée (exemple : mouvement de push-up)
  • Douleur diminuée au repos
  • Incapacité de frapper une balle de golf, où le putting et le chipping peuvent être encore possibles
  • Douleur pouvant progresser en un point focal sensible à la palpation

Que faire en cas de douleur aux côtes à la pratique du golf

PRENEZ DU REPOS IMMÉDIATEMENT!

Je sais que notre saison de golf est courte que ce n’est pas facile, mais il faut avoir cette sagesse. On devrait ensuite avoir automatiquement le réflexe de consulter un professionnel. Il peut s’agir d’un simple problème musculaire, d’une dysfonction articulaire thoracique ou d’une légère entorse, mais il faut absolument s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une fracture! Les complications de cette blessure peuvent être très sérieuses.

Le chiropraticien pourra évaluer la problématique et prescrire des radiographies pour confirmer le diagnostic. Une prise en charge médicale peut également être nécessaire, donc pas de chance à prendre!

Dans une optique de récupération, la chiropratique du sport aidera à une récupération optimale :

  • Traiter les tissus musculaires et ligamentaires environnants
  • Rétablir la mobilité articulaire de la colonne vertébrale et des côtes
  • Prescrire des exercices de réhabilitation pour limiter les récidives et maximiser la performance

De manière plus précise encore, l’approche du Titleist Performance Institute permet d’approfondir les investigations chez nos golfeurs. Il nous permet d’évaluer la fonction du corps en relation avec la biomécanique de l’élan de golf. Il se fait pas mieux pour les golfeurs!